écrivains et littérature : biographies et notes de lecture
litterature et écrivains français et étrangers

 

 

Samuel BECKETT - Prix Nobel de Littérature
Le théâtre de l'absurde

"Au commencement était le calembour. "
(Murphy)


Samuel Beckett, auteur de romans et pièces de théâtre

Biographie de l'écrivain :

Samuel Beckett, né le 13 avril 1906, mort le 22 décembre 1989, est un écrivain irlandais qui s'est fixé à Paris avant la Seconde Guerre mondiale. Il a écrit une grande partie de son œuvre en français. S'il est l'auteur de romans, tels que Murphy, Malone meurt et l'Innommable et de textes brefs en prose, son nom reste surtout associé au théâtre de l'absurde, dont sa pièce En attendant Godot (1952) est l'une des plus célèbres illustrations.

On lui décerne le prix Nobel de littérature en 1969, prix qu'il refuse d'aller chercher de par sa grande timidité ; timidité qui ne l'empèchait pas, par ailleurs, sous des apparences janséniste, de s'adonner à de bacchiques et conviviaux transports. L'habit ne fait pas le moine ! Moins anecdotiquement, toute l'œuvre de Beckett est transperçée par une appréhension aigue de la tragédie qu'est la naissance. Face à ce lucide et pascalien constat de déréliction, l'homme demeure forclos, sans cesse au bord de l'asphyxie, dans un espace purgatorial, ni heureux ni malheureux. Pour l'Irlandais, auteur de Fin de partie, cette condition doit être tout de même vécue pleinement, avec vitalité. Pour cette vie malgré tout, Beckett nous propose un "échec réussi", la littérature ou l'art, qui eux seuls peuvent injecter au désastre un peu de supportable, une once de musique et de souffle existentiel. Car comme il le dit à la conclusion de Fin de partie, « il faut continuer, tout doit continuer » ; un sens est à chercher, en dépit de tout.

Il participera activement à la résistance contre l'occupation nazie. Il est recruté au sein du réseau Gloria SMH par son ami, le normalien Alfred Peron. Quand le réseau est dénoncé, Samuel Beckett, prévenu par la femme de son ami Peron, échappe de peu à la police allemande. Il se réfugie d'abord chez l'écrivain Nathalie Sarraute puis dans le midi de la France. Beckett apprendra en 1945 que Peron est mort après la libération du camp de Mauthausen. L'œuvre de l'écrivain est profondément marquée par les récits de déportation des camarades de Peron et par la guerre, selon James Knowlson, son biographe.

Il est enterré au cimetière du Montparnasse à Paris, dans une tombe dont la simplicité et la nudité n'ont d'égales que celles de l'homme .

Toutes les œuvres de Samuel Beckett sont publiées aux Éditions de Minuit.
(source Wikipédia)

 

Bibliographie :

Principaux livres :

Romans
1951 : Molloy
1951 : Malone meurt
1953 : L'Innommable
1961 : Comment c'est
1970 : Mercier et Camier

Théâtre
1952 : En attendant Godot (pièce en deux actes)
1957 : Fin de partie (pièce en un acte)
1957 : Tous ceux qui tombent
1961 : Oh ! les beaux jours
1982 : Catastrophe ( dédiée à Vaclav Havel)

En attendant Godot

Editions de Minuit

 


Notes :

C'est en lisant En attendant Godot que j'ai découvert Samuel Beckett, et ce devait être en classe. Par la suite, j'ai avalé Fin de partie, et Oh! les beaux jours. Je n'ai lu un roman de Beckett que bien plus tard. Mais c'est son théâtre surtout qui m'attire, auquel je reviens sans cesse. Dans En attendant Godot on est sur le fil du rasoir, d'un côté l'humour, bien présent dans le texte, de l'autre côté cette absence, cette atente, si tragique au fond, si insupportable. A la fin de la pièce, Vladimir et Estragon envisagent même de se tuer... puis remettent au lendemain.

Même impression dans Fin de partie ou l'absurde le dispute au tragique. Que l'on se souvienne de cette réplique de Hamm : "... L'infini du vide sera autour de toi, tous les morts de tous les temps ressuscités ne le combleraient pas, tu y seras comme un petit gravier au milieu de la steppe."